Cette est une invitation à partager des découvertes, à réfléchir sur un sujet, à témoigner de travaux artistiques qui sont en lien avec mes recherches, etc.

Rubriques

In-Perception au Centquatre

Expositions – Publications / février 2012

Léandro Erlich et Ann Véronica Janssens sont au Centquatre jusqu’au 4 mars 2012.

Avec mes enfants, nous avons expérimenté les trois installations de ces deux artistes de notoriété internationale : L’un provoque le vertige par des inversions d’architectures familières, l’autre vous fait perdre tout repère. Dans tous les cas, la participation de tous les sens est réelle et intéressante.

Regards Croisés 4 Regards Croisés 5

Dynamo Fukushima par Yann Toma au Grand Palais

Expositions – Publications / septembre 2011

Regards Croisés 1

Au Grand Palais, dans le cadre des journées du patrimoine des 17 et 18 septembre 2011, Dynamo-Fukushima par Yann Toma.

Accompagnés par la communauté japonaise de France, les visiteurs du Grand Palais sont invités à venir investir leur énergie sous la nef dans une impressionnante course cyclique, ayant pour fil conducteur, la masse énergétique humaine ( ou « une dynamo humaine »). “Les spectateurs sont invités à être actifs et productifs au sein de cette œuvre tout en vivant un voyage immobile et métaphorique » selon Yann Toma. 16 000 personnes ont participé à ce dispositif “fédérateur et joyeux” ! 

Avec un petit groupe d’étudiants du Master Arts Plastiques à St Charles, nous avons contribué à l’installation de Yann, de manière modeste mais utile pour que les vélos prêtés par le Ville de Paris paraissent plus propres !

Yann Toma - Dynamo Fukushima

La ville sous un autre angle avec Ugo La Pietra

Témoignages / mars 2011

Ugo La Pietra, Architecte, Designer et Artiste Italien né en 1938, occupa une place centrale au sein de la mouvance radicale en Italie. Il revendique l’inspiration des Autrichiens tels que Hans Hollein ou Walter Pichler, qui dans les années 60 remirent en cause le constructivisme et le fonctionnalisme et furent à l’origine de l’émergence de ce qu’on appellera plus tard le « Phénomène Hongrois ». Sa démarche, située à la frontière entre art architecture et design, s’exprime souvent dans la ville, questionnant la correspondance entre la forme architecturale et son « environnement spatial », un environnement que la perception va activer. Il n’y a d’œuvre qu’avec le spectateur qui l’active et l’architecture/objet s’incarne donc dans la temporalité de l’action. Ainsi, posté en différents endroits de la ville, le « Commutateur » (1970), structure élémentaire composée de deux planches de bois assemblées formant un angle modulable, permet à l’utilisateur de s’étendre sur l’une des deux planches inclinées afin « d’observer le monde sous un autre angle ». Le « Commutateur » est un outil de perception. Ugo La Pietra en concevra d’autres, convaincu que « réaliser des instruments pour le dépassement de la réalité codifiée est le premier passage pour arriver à une nouvelle société. » On peut cependant s’interroger sur la légitimité d’une telle œuvre dans un musée, l’objet devient-il une trace, au même titre que les croquis ou photographies qui permettent de replacer l’œuvre dans la temporalité de l’action ? Quel est alors son statut ?

 Article proposé par Louise Morin, étudiante en architecture.

« Women are heores » selon JR

Expositions – Publications / janvier 2011

"Women are heores" - JR

« Women are heroes », un film reportage de JR. Sortie le 12 janvier 2011 en salle.

JR est un artiste contemporain français. Il expose ses photographies dans la rue, qu’il qualifie de « plus grande galerie d’art au monde ». Son travail mêle l’art, l’action, traite d’engagement, de liberté, d’identité et de limite. Son film se déroule dans l’univers particulier des favelas des grandes villes du Brésil, d’Inde, du Cambodge ou du Kenya. Nous y découvrons des femmes prises entre des coutumes ancestrales et une modernité en marge. Les portraits sous forme d’interviews sont émouvants et magnifiques. L’artiste y dévoile son travail de photographe non sans un certain contentement, il déborde un peu, devient caricatural à vouloir trop en faire. Pourtant, il est aussi juste et passionnant, Ce film permet de porter un regard différent sur les favelas. Artiste engagé qui réussit avec talent, son propos, ses oeuvres laissent entrevoir les pièges du succès et de la médiatisation. A découvrir et accueillir comme un débordement d’énergie et d’enthousiasme qui n’enlève rien aux risques, engagements, et talents de cet artiste globe trotteur qui fera parler de lui.